MonArdeche, votre guide destination Ardèche

Accueil > Dossiers > Ardèche, une terre de tourisme, bilan d’activité

Ardèche, une terre de tourisme, bilan d’activité

L’Ardèche est depuis longue date une destination touristique prisée. Riche de son histoire et d’un territoire naturel fabuleux, la région se place au 19ème rang des départements français en nombre de nuitées.

Cet article vous propose un bilan de l’activité touristique, une analyse du tourisme en Ardèche au fil du temps.

Histoire du tourisme en Ardèche

Le Tourisme en Ardèche, c’est un peu la revanche de l’Ardèche de l’huile sur celle du beurre, autrement dit de la partie sud du département sur le nord.

En effet, les Lyonnais ont de longue date pris leurs aises dans le nord du département, qui était fortement lié à la capitale des Gaules du point de vue commercial et industriel, mais où ils élisaient aussi leurs villégiatures champêtres.

Dans le même temps la radieuse Ardèche méridionale du Moyen Age avait connu un déclin sans précédent et une massive exode rurale à partir du milieu du XXe siècle. Bien que le Pont d’Arc fut érigé au rang de "curiosité naturelle", à la fin du XIXème, il aura fallu attendre les années 1970 et 1980 pour que l’Europe découvre réellement la région.

Vacances en Ardeche

A partir de cette époque on ne valorise plus la nature pour ses curiosités, mais parce que c’est le seul endroit où on peut décompresser, se retrouver, le temps des vacances !

L’Ardèche du sud avec comme étendard ses Gorges et son Pont-D’Arc connait dès lors une importante fréquentation et voit de facto se développer une offre touristique, principalement composée dans un premier temps de campings et de sociétés de location de canoé kayak. Au fil des décennies avec l’intégration des néo-ruraux, venus habiter les vallées "désertées", la région a repris des couleurs et s’y sont développés des services, des activités et hébergements touristiques, mais aussi une certaine revitalisation de l’agriculture, de la culture et des territoires.

Pendant des décennies, même si le sud Ardèche n’a pas réellement réussi à endiguer l’exode de ses jeunes, il a su faire du tourisme son arme économique et valoriser son territoire.

Le tourisme toujours le 1er secteur en Ardèche

Au cours des années 1990 et 2000 l’offre touristique a littéralement explosé, drainant des touristes de toute l’Europe. Au fur et à mesure des différentes crises systémiques les touristes étrangers sont moins voire plus venus et bien que certaines années ont pu être difficiles pour certains professionnels du tourisme, l’Ardèche a toujours su résister et elle doit en grande partie ce regain d’activité à la Grotte Chauvet, avec ses fresques vieilles de 36.000 ans, et à sa reproduction : la Caverne du Pont-d’Arc.

On estime que sans l’ouverture de ce lieu en avril 2015, 1.4 millions de touristes ne seraient pas venus en Ardèche. De plus, grâce à elle, 70% des visiteurs ne viennent pas durant la saison estivale.

Caverne Pont-Arc, grotte chauvet

Les campings des Gorges de l’Ardèche n’ont cessé de voir leur fréquentation augmenter, mais les gites et chambres d’hôtes de la région ont aussi su en tirer profit, bien que l’offre en gites 2 épis demeure toujours insuffisante, ce qui profite aux offres de mobilhome et chalets des campings.

Aujourd’hui, l’offre d’hébergement touristique se répartit ainsi en Ardèche : 40.920 structures proposent 294.400 lits. 61% de campings, 17% de gîtes, 12% d’hébergements collectifs (gîtes d’étape inclus), 6% d’hôtels (740 entreprises du secteur hôtelier en activité) et 4% de maisons d’hôtes.

Après les records de 2017 et 2018 avec quasiment 6 millions de nuitées (moyenne des 2 années), l’activité semble quelque peu en baisse en 2019, même s’il est encore un peu tôt pour analyser concrètement cette saison.

Ces dernières années, les saisons sont dopées par les bonnes performances des campings, également par le retour des visiteurs hollandais qui compense la baisse des touristes anglais.

Notons pour finir que les chiffres donnés en termes de nuitées correspondent à ce que l’INSEE appelle les "hébergements marchands". Ils ne prennent donc pas en compte ce qu’on appelle le tourisme affinitaire, autrement dit les personnes qui viennent dans la famille, chez des amis ou dans leur résidence secondaire. Cette partie des visiteurs représenterait 56% du total ; c’est pourquoi l’agence de développement touristique de la région estime plutôt à 16.000.000 le nombre de nuitées annuelles en Ardèche.